Joyeux Noël à tous ! On espère que le Papa Noël vous a gâté !
Avis aux invités : nous manquons cruellement de personnages de 30 ans et +.
Avis aux invités : Merci de bien vouloir privilégier les groupes attractive harp et lucky shamrock.

 

 Feeling you get when you're real | Béatrice 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Un mouton, deux moutons...
avatar
name : pendulum swings | david
avatar : Iain De Caestecker © avatar: moi ; gifs: tumblr € : 81 posts : 66 joker : 1

âge : 28 ans et toujours incertain du chemin pris. Peut-être qu'une petite retrospection serait bénéfique pour lui.
métier : Massothérapeute la majorité du temps, et barman pour aider son amie lorsqu'elle en a besoin.
Côté coeur : Marié, même s'il s'agit du mariage le plus mal assorti et le plus malheureux de l'histoire.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageFeeling you get when you're real | Béatrice   Mar 16 Jan - 3:52



   
Feeling you get when you're real
béatrice & thomas
"What the.... god..." Le problème avec le fait d'aider une amie chère à nos yeux? C'est qu'on risque de desservir au lieu de l'aider. Et c'est justement ce que Thomas était entrain de faire, bien malgré lui. Levant une main lasse vers son visage en signe de découragement, il pris une seconde pour respirer avant de prendre sur lui. Lorsqu'il s'était levé le matin même, il avait brisé une assiette... ainsi qu'une décoration horrible appartenant à Brianna. Il savait qu'il allait avoir tout un sermon en revenant chez lui plus tard, mais pour l'instant, ce n'est pas ce qui le tracassait. C'était plutôt le fait qu'il venait de faire tomber une étagère complète. Pas si grave? Non très grave, puisqu'elle soutenait plusieurs bouteilles d'alcool hors de prix. On pourrait croire à tort qu'un massothérapeute se doit d'avoir un minimum de coordination et d'adresse. Hors, Thomas et la maladresse étaient pourtant très bons amis. Le moins qu'on puisse dire, c'est que sa journée était loin d'être une réussite. Non seulement il brisait tout sur son passage, mais il était en compagnie d'un client des plus désagréable depuis au moins une heure. Conrad Dublin... c'était pourtant un nom synonyme de clients fortunés, les chambres étaient réservées à des prix exorbitants. Pourtant, ici et là, on retrouvait quelques locataires passagers bien loin de partager les bonnes manières de la société. Le dit client ne dit pourtant point mot, chose plutôt rarissime depuis la dernière heure où il se plaignait de tout ce qu'il buvait.

Thomas en profita donc pour se pencher, ramassant l'étagère tombée en pestiférant dans sa barbe. La journée ne pouvait pas empirer... si? "De l'alcool de qualité mon oeil!" Oui, c'était possible. Le seul client réveillé à cette heure venait de le prouver, jetant le continue de son verre sur la chemise du plus maladroit barman que la terre ait connue. "Ow come on!" Criant bien malgré lui, il pencha la tête pour apercevoir que sa chemise était totalement mouillée, noir de rage. Il ne remarqua même pas la jeune femme qui venait de s'introduire dans la pièce, trop occupé à tenter de se calmer, respirant bruyamment dans une veine tentative de ne pas tuer l'homme assis en face de lui. "Hey salut ma jolie colombe....t'as une petite place de plus dans ta chambre?" Levant ses yeux bleus vers la nouvelle intruse, la rage s'intensifia en remarquant qu'il s'agissait de Béatrice et que client venait tout juste de lui attraper le bras dans un essai de rapprochement. La mâchoire serrée, il jeta violemment le linge dont il s'était emparé quelques secondes plus tôt sur le comptoir avant de le contourner, direction celui qui accaparait maintenant sa meilleure amie. "Une nuit seul à seul toi et ..." Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, Thomas le poussant sans ménagement. "Ça suffit, fiche le camp d'ici!" Très peu pour le pacifiste de nature, mais la colère venait de prendre le dessus sur lui. Un peu de jalousie peut-être? Il faut dire que l'homme qui draguait aussi ouvertement B était plutôt bel homme, même s'il était clairement intoxiqué pour l'alcool. Ce n'est pas comme si cette situation n'arrivait pas régulièrement. Après tout, Béatrice était une belle femme et il arrivait souvent que Thomas aperçoive des hommes lui faire des avances. Cet homme lui en avait justement fait toute la soirée... mais allez savoir pourquoi, ça rendait sa journée encore plus exécrable. S'apercevant toutefois de ce qu'il venait de dire et faire, il s'écarta lentement, les deux mains bien en vue de son amie, un peu gêné par sa réaction un peu disproportionnée. Il ne faisait qu'aider dans l’hôtel. C'était donc plutôt malvenu de sa part de pousser la clientèle, aussi désagréable soit-elle. Surtout après avoir fait tomber une étagère complète sur le sol...

   
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



It's so unreal. didn't look out below. watch the time go right out the window. trying to hold on, but you didn't even know. wasted it all just to watch you go. i kept everything inside. and even though I tried, it all fell apart. what it meant to me. will eventually be a memory of a time when. i tried so hard. and got so far. but in the end. it doesn't even matter. i had to fall. to lose it all
Revenir en haut Aller en bas
Vivre avec une fleur de trèfle.
avatar
name : pyro
avatar : Elizabeth Henstridge ©classwhore € : 20 posts : 77 joker : 1
âge : 28 ans déjà
métier : Propriétaire de l'hôtal Conrad Dublin
Côté coeur : En couple et ferme les yeux sur les infidélités de son copain
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t961-beatrice-lie-to-me http://dirtyoldtown.forumactif.com/t991-so-far-so-good-bea Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Feeling you get when you're real | Béatrice   Jeu 18 Jan - 2:39


Feeling you get when you're real
Béa & Thom

Les journées se suivaient mais ne se ressemblaient pas pour Béatrice. Même elle était plutôt routinière, il y avait toujours des surprises lorsqu’on travaillait et surtout qu’on avait un hôtel. Comme à son habitude, Sébastien était rentré tard la veille alors qu’elle cherchait le sommeil dans leur lit. Ce lit beaucoup trop grand et vide pour une seule personne. Elle avait même eut envie de texter Thomas, qui était son voisin, mais elle avait peur que sa femme ne tombe sur le message et l’engueule encore, si ce n’est pas plus. Sébastien était venu la rejoindre sous les draps, en cuillère, avec son haleine de bière. L’alcool l’avait clairement assommé car il s’endormit en moins de deux, son bras par-dessus Béatrice. Avec qui il était, que faisait-il, elle n’en avait aucune idée. Elle avait finalement réussi à s’endormir vers les 2h du matin, alors qu’elle devait être présente à l’hôtel le lendemain à 7h30, afin d’ouvrir la place puisqu’aucune des réceptionnistes n’étaient disponibles. Il y avait un manque cruel d’employés et c’est souvent elle qui assumait les conséquences, avec l’aide de son meilleur ami Thomas. Il pouvait être parfois maladroit, mais il était efficace et surtout de confiance. Et puis ça lui permettait de le voir ainsi plus souvent, puisque c’était difficile avec sa femme qui guettait ses déplacements et ses rencontres. Surtout qu’elle n’était pas au courant qu’il parlait et voyait encore Béa.

Elle était donc en train de ramasser un peu dans le lobby lorsqu’elle entendit un fort bruit venant de l’espace bar. Elle y avait passé une majeure partie de sa soirée pour servir les clients et aider Thomas qui était derrière le comptoir. Il y avait d’ailleurs toujours ce client particulièrement demandant et très tactile qui avait rôdé autour de la jeune femme toute la soirée. Il était plutôt pas mal et ça lui faisait plaisir de voir qu’elle faisait cet effet aux hommes, surtout avec son propre copain qui semblait voir toutes les autres femmes du monde sauf elle. Mais c’est vrai qu’il était un peu agaçant et que l’alcool ne lui faisait évidemment pas. Elle était donc revenue dans la salle lorsque l’homme au bar la remarqua aussitôt et fit un commentaire sur comment les deux pourraient finir cette soirée. Voulant la jouer diplomatique, elle le laissa parler et ne fit que sourire bêtement, sans se défaire de sa poigne. Mais Thomas en avait vu et eut assez et vint le bousculer, dans un élan de colère qui ne lui ressemblait pas. De nature plutôt douce, il s’énervait rarement, sauf quand ça le touchait vraiment. Comme ce soir. Mais pourquoi autant de colère? Pourquoi était-ce aussi personnel? Béatrice ne fit que signe à Thomas de retourner derrière le bar avant d’accompagner l’homme hors de la salle et de demander à un gardien de bien l’escorter à sa chambre, voyant qu’il était dans un état d’ivresse plutôt avancé. Elle revint vers son meilleur ami, un peu décontenancée par ce qui venait de se produire. Il était accroupi en train de ramasser des morceaux de bouteilles au sol.Mais...que s’est-il passé? Elle vint le rejoindre pour l’aider immédiatement, prenant les plus gros morceaux pour les jeter à la poubelle. Le plus petit sera ramassé au balai.  Est-ce que ça va? T’as été...plutôt raide avec le client. C’est pas grave, mais, faut que ça te mette dans un tel état à chaque fois...tu sais les clients flirtent souvent et ça fait partie de la game. Et puis j'voudrais pas me ramasser avec une plainte sur le dos non plus.
Ou ton nez cassé
Elle le disait un peu à reculons, parce que c’est vrai que ça l’énervait aussi. Mais elle fermait sa gueule, préférant que son hôtel fonctionne et que les clients reviennent. Peut-être aussi n’avait-elle pas l’estime ou la confiance pour leur tenir tête. Tu peux partir si tu veux...la soirée se termine tranquillement et...Brianna doit t’attendre. Sujet épineux, cette femme. Ils en parlaient peu souvent, tout comme ils évitaient le sujet Sébastien. Alors qu’elle ramassait quelques derniers morceaux, elle fit une mauvaise manoeuvre et se coupa avec l’un d’eux.  Merde...et c’est toi qui est supposé être maladroit? Elle gardait quand même le sourire malgré la légère douleur et le sang qui maculait sa peau blanche. Elle se dirigea aussitôt vers l’évier pour faire couler de l’eau froide et laver la plaie. Peux-tu aller chercher la trousse de premiers soins derrière? J’crois que y’a des tampons d’alcool et des pansements. Elle patientait ainsi, sa main sur la coupure pour stopper le saignement, que son meilleur ami revienne avec l’équipement nécessaire pour la soigner.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
 
Feeling you get when you're real | Béatrice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Real Life Bolter!

DIRTY OLD TOWN. :: Conrad Dublin-
Sauter vers: