Joyeux Noël à tous ! On espère que le Papa Noël vous a gâté !
Avis aux invités : nous manquons cruellement de personnages de 30 ans et +.
Avis aux invités : Merci de bien vouloir privilégier les groupes attractive harp et lucky shamrock.

 

 Should've gone home - Avyan 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageShould've gone home - Avyan   Lun 11 Déc - 20:44

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

Les premiers temps aux impôts ont été relativement compliqué, le changement brutal de métier pour totalement me troubler, aucun rapport possible entre l’armée et ce que je fais actuellement. Aujourd’hui c’est vrai que je me sens un peu mieux dans mon métier puisque je n’ai pas le choix si je veux progresser dans la hiérarchie, mais en ce qui concerne ma vie personnelle en revanche c’est une autre limonade. Cela fait plus de deux ans que je n’ai pas eu la moindre relation sexuelle, que je n’ai pas accosté une vie et que je ne suis pas allé quelque part accompagné d’une personne de l’autre sexe car je n’y arrive tout bonnement pas. Kenzie que je n’oublierai jamais, ma vie que je continuerai à présent en solitaire pour sûr. Une fois ma journée de travail terminé, je ne m’éternise pas et je saute dans ma voiture direction mon appartement qui n’a rien de particulier mais c’est le seul endroit ou je me sens bien même si bien reste un grand mot. Mes collègues de boulot me charrient régulièrement ce qui ne me dérange pas et au contraire me fait rire aussi car je sais que ça ne changera pas, qu’une sortie par ci et par là ne me fera pas sentir mieux car ils ignorent tout de moi, de ma vie passé. Pour eux je suis Ryan Myers, le timide contrôleur des impôts fade mais malheureusement ce n’est pas le cas. J’aurais aimé avoir une vie banale et n’être qu’un pauvre mec sans intérêt pas bien différent des autres, mais non il a fallu une attaque au lance roquette lors d’une mission en Irak pour que ma vie toute entière bascule du rêve au cauchemar. Cependant aujourd’hui sous l’insistance de ma collègue de bureau, j’ai accepté de sortir quelque peu au lieu de rentrer chez moi comme à l’accoutumé. Je ne sais pas trop quel programme elle m’a prévu mais j’espère juste qu’il ne sera pas trop long car pour le coup ma motivation n’est pas pour autant élevé, non au contraire rien qu’à l’idée de sortir je suis agacé. J’ai perdu gout à la vie c’est vrai et je le retrouverai jamais tout comme je ne pourrai plus jamais faire partie de la vie de Kenzie, un autre homme pour peut être déjà m’avoir remplacé. En tout cas je ne cache pas le fait que cela m’enchante pas spécialement mais je la suis dans son délire comme ça elle sera contente et je serais tranquille pour les mois à venir. Heureusement pour moi, en semaine les magasins ne sont pas trop bondés. Moins j’ai de contact avec une personne humaine et mieux je me porte. Au détour de Temple bar dans la George's street arcade, elle m’emmène dans un magasin de prêt à porter pour homme et une fois à l’intérieur je fronce les sourcils tout en la regardant « Attends je rêve ou t’essaye de me faire comprendre que je suis mal habillé » Je la regarde tout en serrant machinalement la mâchoire « Ah non pas du tout mais tu manques de confiance en toi Ryan et justement je suis là pour que tu te rendes comptes que t’es un beau mec » Je soupire longuement tout en levant les yeux au ciel « J’ai pas envie de plaire ou autre, je suis très bien seul » Je ne fais pas vraiment attention à la vendeuse que je prends cependant la peine de saluer verbalement uniquement sans y jeter le moindre regard avant de tout de même choisir quelques vêtements me plaisant. « Gosh t’es magnifique Ryan avec cette chemise et pour te prouver que je suis sincère on va demander à la vendeuse qui a un avis extérieur» Je n’ai pas le temps de l’en dissuader qu’elle part chercher cette dernière contre mon gré et lorsque je la vois venir je suis plutôt surpris de la croiser ici et bien qu’au fond je sois content de la revoir depuis le temps qui est passé, il n’empêche que je suis mal à l’aise car elle ignore un tas de chose sur ce qu’il s’est passé quelques années après son départ. Peut être devrais je faire comme si je ne la connaissais pas cependant « Ne faites pas attention veuillez excuser ma collègue … » Cette dernière me coupe « Mais oh Ryan Myers, tu vas la laisser donner son avis ! » Je lève les yeux de nouveau au ciel, me sentant vraiment tout d’un coup à l’étroit dans ces vêtements, cette sortie que j’aurais mieux fait d’éviter
© LOYALS.




To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Jeu 14 Déc - 20:15


should've gone home
Ryan Myers

Tu cours, tu roules, tu voles. Bordel, tu ne pensais pas qu’avec les fêtes qui approchaient tu allais autant être débordé par ton boulot en semaine. Tu ne préférais même pas imaginer ce que tes collègues devaient endurer durant le week-end ou bien même certains mercredi. « Ava ! Tu peux aller me chercher ce même pantalon mais avec la taille au-dessus, s’il te plaît ? » Ton regard se porte sur le vêtement que ton boss te tend. Tu hoches simplement la tête avant d’attraper le dis pantalon, arpentant les rayons afin de retrouver son emplacement d’origine. C’est la course, tu ne le trouves pas et... Tu commences doucement à perdre ton sang-froid quand une femme n’hésite pas à venir t’incendier sous prétexte qu’une chemise possède un défaut. Bordel, tu n’es qu’une simple vendeuse, tu ne confectionnes pas les vêtements toi-même. Pourtant, tu gardes le sourire, attrapant simplement la chemise qu’elle te colle presque sous le nez avec la plus grande indélicatesse. « Vous souhaitez être remboursé ou faire simplement un échange madame ? » Elle peste, te regarde presque de haut et fini par dégueuler sa réponse comme elle la balancerait sans doute à son propre chien, ou son pauvre mari. Tu souffles discrètement en lui tournant le dos avant de te diriger simplement en direction de la réserve. Tu en ressors quelques minutes plus tard, apportant tout d’abord silencieusement le pantalon à ton boss avant de tendre poliment la chemise à l’horrible mégère. « Voilà pour vous. » murmures-tu doucement, avant de l’accompagner à la caisse, histoire quand même de prévenir la vendeuse que c’est un échange et non un nouvel achat. Tu les laisses finalement alors que tu jettes un oeil à l’heure qui se trouve à l’horloge. Il n’est pas très tard et, tu perds un peu ton sourire. Tu aimerais tellement que ta journée se finisse dans la minute, que tu n’aies plus à subir les assauts des femmes mécontentes des achats de leur mari ou pour leur mari. Tu restes un peu dans ton coin, rangeant les quelques affaires que tu trouves par-ci et là. Inconsciemment, tu le sens, tu attires l’attention de ton boss qui ne se prive pas de venir à ta rencontre. « Si vous souhaitez prendre une pause Avalon, je vous y autorise. » Un très léger sourire s’étire sur tes lèvres et, tu secoues doucement la tête. Non, tu n’as pas envie d’être faible face à ces femmes qui viennent simplement déverser leur frustration sur les vendeurs et vendeuses des divers magasins. « Non, je vais simplement finir de plier ce que je trouve dans le magasin. Puis, il ne me reste que deux heures avant qu’on ferme alors, cela devrait aller. » T’essayes de rester positive bien qu’au fond, tu as simplement envie de craquer, envie de tout envoyer bouler. Il est un peu la seule chose positive de ta journée... Tout le reste n’est que détresse et noirceur dans ton coeur. Il s’éloigne alors de toi, retournant a ses petites occupations, et toi, tu finis de plier les pulls que tu as retrouvé entasser dans un coin d’un des placards de la boutique. Tu cherches du regard l’endroit où peuvent être leur place. Quand tu le trouves enfin, tu ne peux que soupirer d’avantage. Pourquoi diable sont-ils perchés tout en haut de l’étagère ? Il s’éloigne alors de toi, retournant a ses petites occupations, et toi, tu finis de plier les pulls que tu as retrouvé entasser dans un coin d’un des placards de la boutique. C’est à ce moment que la petite cloche des portes coulissantes retentis. Signe d’une nouvelle arrivé de client.Tu tournes rapidement la tête pour leur dire bonsoir, sans vraiment faire attention à leur visage. T’es bien trop occupée à ne pas te casser la figure de ta petite hauteur. Ce n’est qu’une fois descendu de ton petit piédestal que tu te remémores la voix masculine qui t’a salué. C’est dingue, t’es presque certaine de l’avoir déjà entendu quelque part. Cette pensée te fait d’ailleurs un peu froncer les sourcils. Machinalement, tu te tournes, comme pour retrouver l’homme a qui elle appartient. Pas vraiment le temps de dire ouf qu’une jeune femme s’approche de toi pour te demander un avis. Tu la suis sans trop rien dire, un sourire amusée dessiner sur ton visage. À nouveau un sourire qui va légèrement disparaître quand ton regard tombe sur l’homme face à toi. « Trevor...? » laisses-tu sortir de tes lèvres dans un léger souffle. La jeune femme se tourne vers toi, comme si elle avait entendu un son sortir de ta bouche, tu souris simplement en guise de réponse. Tu les écoutes, un peu amusé tout de même, ils ressemblent à un vieux couple... Cette pensée te fait d’ailleurs un peu froncer les sourcils. Est-ce une amie ? Il n’était pas avec ... Tu as un peu de mal à te souvenir là comme ça. Puis, est-ce vraiment lui ? Sa voix, son visage. Tu te dis que c’est forcément lui. Certes tu sais que nous avons tous une personne qui nous ressembles atrocement quelque part dans le monde mais, cela serait quand même incroyable qu’il se retrouve pile devant toi aujourd’hui. Ryan ? C’est comme ça qu’elle l’a appelé ? Alors ce n’est pas lui ? Tu ne peux pas t’empêcher d’éprouver une certaine pointe de tristesse mais, tu te dois de cacher tout ça. « Je suis d’accord avec la demoiselle, cette chemise vous va parfaitement. Nous avons une veste ainsi qu’un pull qui irait parfaitement avec, si vous le souhaitez. » Tu te tournes légèrement vers la jeune femme qui semble déjà parti à la recherche d’autres choses. Tu devrais sans doute aller l’aider mais, tu n’arrêtes pas de le fixer... « Je... Je suis désolé de vous fixer, je ne veux pas être impolie mais, vous me rappelez tellement l’un de mes amis. Le visage, la voix, c’est d’ailleurs un peu étrange... » Tu souris un peu bêtement, sans savoir réellement pourquoi tu lui as avoué cela.



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Jeu 14 Déc - 22:37

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

De base je n’ai jamais été un homme aimant sortir pour m’amuser même si il m’arrivait de le faire de temps à autre à l’occasion. Kenzie que j’ai toujours fait passer avant tout notamment. Mais aujourd’hui c’est réellement le néant, ma vie n’ayant plus réellement de sens, tenter en vain de reconstruire cette dernière. Cependant sous a pression d’une collègue de travail j’ai cédé et peut n’aurais je jamais dû la suivre les yeux fermés. Effectivement après avoir quelques peu discuter pour savoir ce qu’elle me réservait, voilà que je me retrouve dans un magasin de prêt à porter masculin ce qui me plait pas vraiment n’ayant pas besoin de plaire à qui que ce soit, ma solitude me convenant à merveille. Mais j’aurais dû me douter qu’avec Emy cette journée n’allait pas se dérouler comme prévu et lorsqu’elle part chercher une vendeuse j’ai comme un mauvais pressentiment à vrai dire que je ne saurais expliquer et alors que je me contente de soupirer en voyant ma collègue en faire un peu trop à mon gout. Lorsque je relève la tête sous le bruit des talons j’ai le souffle coupé et je ne sais pas trop comment réagir, je suis droit comme un i, plutôt gêné. La jolie rousse qui fait office de vendeuse n’est pas une personne qui m’est inconnue, non c’est Avalon, cette jeune femme que j’ai rencontré à New York il y a quelques années de ça. Son passage a été express c’est vrai mais nous sommes bien entendu, on a tissé des liens relativement fort et aujourd’hui je ne sais pas trop comment réagir à tout cela, je n’avais pas prévu que les fantômes de mon passé ressurgissent d’un coup d’un seul ici à Dublin. Je l’apprécie toujours c’est une certitude mais j’ai peur de faire face à tout cela, à ces mensonges que j’ai moi-même construit par honte que l’on me voit handicaper. Elle n’est certes pas concernée par tout cela mais je suis gêné à l’idée de m’expliquer sur cela. Très vite je remarque qu’elle aussi de son côté à fait la connexion et m’a reconnu, mon prénom que j’entends sortir de sa bouche et même si je donne l’impression d’être impartial, en réalité ce n’est pas vraiment le cas. Par ailleurs elle aussi de son côté semble pas trop comprendre ce qu’il se passe autour de moi, le prénom qu’utilise Emy étant totalement différent de celui qu’elle connait. J’essaye d’épargner tout cela à Avalon, mais ma collègue insiste et voilà cette dernière qui me donne son avis qui me fait sourire bêtement alors que la blonde s’enfuit telle une furie lorsque la rousse signale qu’elle a dans son magasin de quoi embellir d’autant plus la chemise et me mettre encore plus à mon avantage. Voilà pourquoi j’aime pas sortir avec mes collègues, elles sont toujours dans l’abus et je regarde Avalon en haussant les épaules pour lui faire comprendre qu’il est déjà trop tard et que la décision a été prise pour moi. J’essaye tant bien que mal de cacher la chaine de mon collier sur lequel se trouvent mes plaques d’identité de l’armée, mais je sens le regard de la petite Clarke me soutenir et alors que je relève la tête en sa direction de nouveau elle prend la parole et au lieu de nier immédiatement je reste là sans réaction immédiate, mon regard fixé dans le sien avant d’ajouter machinalement « Ce n’est pas grave Avalon, ne t’en fais pas » Une fois cette phrase sortie je viens de comprendre que j’ai pris ma décision malgré moi de lui avouer qui j’étais. Je rigole légèrement me remémorant certains moments passés ensemble et j’ajoute avant que ma collègue revienne « Tu n’as pas à t’excuser. A vrai dire tu ne t’es pas vraiment trompé » Je sors discrètement de ma chemise mon collier de l’US Navy et je le range de nouveau tout en lui faisant un petit clin d’œil. Lorsqu’Emy revient je ne prends même pas la peine d’essayer ce qu’elle m’apporte « Tu sais quoi j’achète la chemise et tu me laisses tranquilles » Je fais mine de regarder dans mon portable « Et puis j’ai reçu un appel de la DRH, il faut que je retourne à l’agence » J’hausse les épaules « Rentre chez toi et laisse tout ça là je vais ranger t’en fais pas » J’essaye de m’en débarrasser du mieux que je peux et par chance elle n’insiste pas et quitte certes un peu déçu mais tout de même le magasin. Je me tourne vers Avalon « Je vais te prendre la chemise du coup » Ne sachant pas trop quoi dire, ni même si elle a envie de parler plus longtemps.
© LOYALS.




To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Sam 16 Déc - 20:10


should've gone home
Ryan Myers

Ton regard se relève, tu redresses la tête quand tu l’entends prononcer ton nom. Comment il le connaît ? C’est vraiment lui ? Tu ne sais pas. Oui ? Non ? Tu sens que tu as tout ton corps qui se met en alerte, ton coeur qui s’emballe. Tu en viens même à doucement poser ta main sur ton coeur. C’est là alors, que tes doigts cognent légèrement contre le petit badge que tu portes épingler à ton haut. Tu baisses le regard et, tu pousses un léger soupir. Quelle idiote tu fais. Bien sur, il a dû le lire sur ton badge, là où se trouve écrit en gros “Avalon”. Vraiment, tu es la plus bête Avalon. Tu te détends alors, tout doucement. Tu as sans doute du te tromper sur la personne. Oui, c’est sans doute cela. « D’accord, désolé tout... Tout de même... Attendez. Quoi ? » Tu clignes à plusieurs reprises des paupières. Tu as bien entendu ce qu’il a dit ? Tu ne t’es pas complètement trompé ? Qu’est-ce que cela signifie ? Tu descends ton regard quelques secondes sur la petite plaque qu’il sort de sous sa chemise. Machinalement, tu avances un peu la tête afin de mieux lire ce qui se trouve dessus. US Navy ? Et voilà, tu deviens subitement pâle comme un linge. T’es pas folle. T’es foutrement pas folle en fait. Tu ne sais pas trop quoi dire. Tu le vois simplement les ranger alors que sa collègue arrive avec plusieurs vêtements dans les mains. T’essayes de reprendre une expression du visage plus ou moins normal, histoire de ne pas trop attirer l’attention de la demoiselle ou même de ton patron qui se trouve plus loin, de l’autre côté du couloir des cabines et... Qui d’ailleurs te fixe avec un drôle d’air. Tu n’écoutes d’ailleurs pas vraiment la discussion de.... Ryan et son amie à cause de cela. Tu remarques simplement qu’elle pose les affaires et fini simplement pas partir. Tu reposes alors ton attention sur Ryan qui te dis qu’il va prendre la chemise. « Oui, bien sûr... » Tu as une petite voix en disant cela mais, c’est parce que tu n’arrêtes pas de repenser à ce qu’il a dit quelques minutes plus tôt, avant que son amie vous interrompe. « Je vais juste vous demander de la retirer pour qu’on puisse ensuite passer en caisse. » Tu restes professionnelle malgré tout. Bien qu’au fond, tu as énormément de questions qui se bousculent dans ta tête. Tu attrapes alors les affaires que son amie à déposer sur un rebord d’étagère et, tu préviens tout de même que tu vas revenir. « Je vais ranger ces affaires le temps que vous vous changiez. Vous pourrez directement avancer jusqu’à la caisse... Sauf si... Si vous voulez discuter avant ça... » Tu pinces tes lèvres avoir dit ces mots et tu retournes simplement dans les rayons. Prenant le temps de replier et remettre en place les affaires que tu avais à présent entre les mains. « Est-ce que tout va bien Avalon ? » Tu manques de lâcher ce que tu tiens entre tes mains quand tu entends la voix de ton patron si proche de toi. « Oh mon dieu... Vous m’avez fait peur. » dis-tu d’abord en posant ta main sur ton coeur qui s’est justement emballé. « Oui, tout va bien. Je finis de ranger et je m’occuperais du client. » Tu dis cela avec le sourire malgré que tu remarques dans son regard qu’il semble avoir du mal à te croire. Il te laisse cependant finir tes tâches et, tu t’avances vers la caisse, t’occupant d’un client se trouvant juste avant Ryan. Tu le laisses partir et, tu poses ton regard sur le jeune homme avant de faire un rapide tour du magasin pour voir qu’il reste peu de personnes. En même temps, la fermeture approche tout doucement. « Vous... Vous êtes certains que vous ne désirez qu’une chemise ? » lances-tu simplement. En vrai, tu t’en fiches, c’est simplement fait dans le but de relancer la discussion quand tu le vois face à toi.



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Dim 17 Déc - 15:54

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

Je ne pensais pas qu’en sortant quelque peu dans Dublin j’allais rencontrer des personnes de mon passé et encore moins Avalon car même si elle m’avait prévenu dans sa lettre de départ, avoir pris le premier vol pour Dublin, vu le peu de temps qu’elle avait passé à New York, je m’étais dit que ça aurait aussi été le cas pour la capitale de l’Irlande, mais il n’en est rien et probablement que c’était simplement la grosse pomme le problème, ce qui n’est pas impossible car il n’est pas évident de s’intégrer là bas. En tout cas au fond je suis content de la revoir c’est une certitude mais il n’empêche que je me sens assez bizarre sur le moment et je ne sais pas trop quoi faire entre jouer la comédie ou alors tout lui avouer. Je passe alors par tous mes états et lorsque ma collègue s’enfuit à la recherche d’autres vêtements que je pourrais porter, je prends mon courage à deux mains et j’avoue à demi mot à la rousse qui je suis mais elle ne semble pas trop le comprendre, pensant que je connais son nom grâce au badge qu’elle porte auquel je n’ai pas porté d’intérêt. Je n’ai pas spécialement envie de le crier sous tous les toits alors quand le doute s’installe de nouveau dans son esprit je ne réponds rien mais me contente de lui montrer discrètement mon collier de l’US Navy. J’essaye de lire ses émotions en l’observant et ce que je ne comprends pas c’est qu’au lieu d’être contente, elle devient vite pâle comme si ma présence soudaine la dérangeait mais je fais comme si de rien était lorsque ma collègue revient avec un tas de vêtements. Je n’ai plus envie de faire quoi que ce soit à présent avec tout ça alors je décide de mentir en inventant un appel de ma hiérarchie et cette dernière comprends avant de partir sans poser la moindre question, heureusement. Cependant cette situation avec Avalon me fait cogiter quelques peu et alors que je lui signale que je vais prendre la chemise, je remarque qu’elle semble gênée. Je fronce alors les sourcils quand je remarque qu’elle me vouvoie comme si nous étions des inconnus, mais je n’en dis rien car à vrai dire peut être que cette rencontre soudaine ne l’enchante pas. Je ne sais pas trop quoi dire à tout cela pour rester totalement transparent et c’est pourquoi je reste muet comme une carpe, hochant simplement la tête pour signaler que j’ai compris. Je retire donc ma chemise, enfilant de nouveau mes vêtements d’origines alors qu’elle est partie déposer les vêtements que mon amie a ramené, chose d’ailleurs que j’aurais pu faire comme un grand. Je serre ma mâchoire alors que je reste assis sur la pseudo banquette présente dans la cabine d’essayage, mon regard ancrée sur le sol, bercé par le son de la musique régnant dans le magasin. Je me pose un tas de questions à ce propos et peut être aurais je simplement dû faire comme si de rien était pour m’éviter ce genre de réaction incompréhensible de sa part. En tout cas le magasin se vide et j’ai déjà l’impression de déranger alors je ne vais pas m’éterniser ici et leur faire subir des heures supplémentaires. C’est pourquoi je me dirige vers la caisse, ma chemise en main, le regard plutôt vague alors qu’elle encaisse d’abord la personne se trouvant devant moi. Etant présent physiquement mais clairement pas psychiquement, elle fait le tour du magasin avant que je ne revienne à moi-même et que je m’avance pour payer et une fois n’est pas coutume, là voilà qui me vouvoie de nouveau, ce qui m’agace au fond et me vaut une réponse plutôt froide et distante afin de le lui témoigner « Je suis sûr ! » Je sors ma carte bancaire que j’insère dans le boitier au moment demandé avant que je ne tape mon code sans un mot, ma mâchoire que je serre fortement alors que je tapote nerveusement mon pied sur le sol. Je m’apprête à partir et alors que j’ai déjà tourné les talons, je reste statique avant de faire marche arrière « T’as le droit de me tutoyer au fait, au cas ou t’aurais oublié » Je la regarde en arquant les sourcils légèrement pour lui montrer une fois encore que je ne comprends pas son comportement soudain « T’es choquée, tu t’en fous de moi ou je ne sais pas c’est une chose mais la moindre des choses ça serait de t’expliquer à ce propos plutôt que de me vouvoyer comme si j’étais un client lambda » Je soupire un instant regardant le sac que je tiens en main puis la sortie avant d’entendre un jingle spécial indiquant la fermeture imminente du magasin « Mais j’aimerai pas vous déranger plus longtemps alors je vais vous laisser fermer votre magasin en toute tranquillité. Bonne soirée madame Clarke » Je décide à mon tour de la vouvoyer pour lui faire ressentir la même chose que j’ai pu ressentir ces dernières minutes avec la façon qu’elle avait de me parler tout en appuyant cependant sur le fait que je connaisse jusqu'à son nom de famille qui lui n'apparait pas sur son badge, alors que je commence à reculer en direction de la sortie  
© LOYALS.



To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Lun 18 Déc - 20:27


should've gone home
Ryan Myers

Tu l’observes faire, tu l’observes parler ainsi que ses gestes et, il y a certaines choses que tu ne comprends pas vraiment. Toi, tu fais simplement ton job, oui, tu as plus ou moins compris que c’était lui... Enfin, tu n’en es pas complètement certaine. Tu as la tête encore embrouillée à propos d’un tas de choses. Il paie simplement sa chemise que tu prends soin de plier et de glisser dans un sac en papier écologique. Après lui avoir donné, il commence simplement à partir. Quoi ? Là, tu comprends encore moins ce qu’il se passe et, la suite risque de t’étonner encore plus. Tu as juste l’impression de te faire incendier parce que tu la vouvoyer. Non mais sérieusement, qu’on les gens dans le cul à l’approche des fêtes ? Tu ne dis rien, tu le laisses simplement parler alors que tu serres ton poing contre la caisse et les quelques sacs que tu tenais entre tes mains. « De m’expliquer ? Il me semble, si vraiment c’est toi, que de nous deux, la personne qui aurait à s’expliquer, c’est toi. Trevor, Ryan ou que sais-je encore. » Là, tu ne réussis pas franchement à garder ton calme, tu lances d’ailleurs un regard dans le magasin, histoire d’être certaine que ton patron n’assiste pas à cela. Il t’agace, complètement là. Tu pinces tes lèvres, tu le fuis presque du regard avant de reposer tes sacs, de ne pas prendre le temps de lui répondre à de te rendre au fond du magasin. Tu parles quelques secondes avec ton patron. Il semble avoir remarqué comment tu étais d’ailleurs. Il frotte gentiment tes épaules comme pour te dire qu’il est là si jamais tu as besoin. Tu le remercies, autant pour son geste que pour son autorisation à te laisser partir maintenant. Oui, tu as des choses à faire, des choses à dire et il a bien vu comment tu as gardé ton calme tout le long de la journée malgré les personnes qui étaient des plus désagréables. « A mardi alors, passez un excellent weekend et de bonne fêtes ! » souffles-tu tendrement avant de te mettre presque à courir pour rejoindre la sortie du magasin. Tu te doutes bien qu’il a déjà dû partir, enfin, qu’il a fait quelques mètres hors de la boutique. Tu poses ton regard sur les deux côtés de la rue avant de le repérer un petit peu plus loin. Ouf. Heureusement que la rue est assez longue. Tu enfiles vite ton écharpe, tenant ton sac comme tu le peux en lui courant après comme une idiote. « Hey ! » lances-tu à son encontre alors que tu te trouves à quelques mètres de lui. Tu finis quand même par l’attraper par la manche, un peu essouffler. « A-Attends... » Tu reprends ton souffle alors que tu ne lui as pas donné d’autres choix que de s’arrêter. Tu pousses un long soupir avant de relever ta tête et de froncer les sourcils quand ton regard se pose sur lui. « Sincèrement Trevor. Ou Ryan. Je ne sais même pas comment t’appeler et j’arrive même pas à être certaine que je ne confonds pas avec quelqu’un d’autre. Mais, je peux savoir pourquoi tu m’as fait cette petite scène dans le magasin là ? Tu t’attendais à quoi ? Je me suis simplement comporté comme une vendeuse là. Ma journée a été... Éprouvante. Désolé si je n’ai pas eu la réaction que tu espérais ...Tre-... Ryan. Mais sans que tu me l’ai dit de vive voix, je savais pas comment réagir ni me comporter. » Oui, tu pars un peu dans un petit monologue sans lui laisser le temps d’en placer une mais, tant que tu trouves du souffle encore, tu parles. « Par contre, sous-entendre que je m’en fous. Même si on ne s’est pas connu bien longtemps, je pense pas que tu m’aurais “dit” ou essayer de faire comprendre que c’était ou que c’est toi si tu pensais réellement que je m’en foutais. » Tu soupires, une énième fois alors que tu finis par poser ton dos contre le mur après avoir lâché sa manche. « J’avais simplement pas envie d’exploser de joie si jamais je faisais fausse route... »



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Lun 18 Déc - 22:43

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

Mon identité n’est peut être plus la même aujourd’hui, ma vie dans sa totalité n’est plus ce qu’elle a été, je ne suis plus vraiment l’homme que j’ai été c’est indéniable, mon comportement pour n’avoir clairement rien à voir avec celui que j’étais jadis, mais cependant malgré ça mon caractère en reste identique dans les grandes lignes et du jour au lendemain sous prétexte que je change de vie, je ne peux pas être calme alors que j’étais quelqu’un de nerveux. L’armée avait cet effet sur moi qui me permettait de me canaliser un minimum mais aujourd’hui je n’ai plus rien de tout ça, les sports de combat ne m’aident pas du tout plus car j’ai bien trop de rancœur, de colère enfoui pour pouvoir mieux me canaliser sur les choses essentielles. De plus comme on dit, on est bien plus compliqué, on attend plus des personnes qu’on chérie par-dessus tout, un rien peut allumer la mèche alors que pour n’importe qui d’autre une action identique n’aurait pas eu le même impact. Avec Avalon c’est exactement ce qu’il vient de se passer, je me suis emporté sur elle pour un simple vouvoiement ce qui n’est pas grand-chose en soit mais je ne sais pas dans un sens je trouve cela comme qui dirait blessant car travail ou pas ça ne lui coute rien de me tutoyer comme j’ai pu le faire lorsqu’on était uniquement à deux. Et je ne suis pas sûr que sa réponse n’aide à me calmer « Si vraiment c’est moi ? A parce qu’en plus tu doutes là » Je serre un poil les dents tout en la regardant avec beaucoup de noirceur dans les yeux. « En revanche tu sais, partir comme ça sans donner de nouvelles si ce n’est une simple lettre c’est pas bien mieux dans l’idée. Je pensais tu vois compter un peu plus pour que tu daignes au moins venir me le dire en face » Je plisse les yeux tout en serrant fortement les poignées du sac dans lequel se trouve ma chemise avant de partir ceci étant le mot de la fin car je n’arriverai pas à me calmer à cet instant précis. Une fois dehors j’inspire profondément l’air frais de Noël, prenant tout mon temps pour me remettre de mes émotions et pour me calmer avant que je ne dirige mon regard vers le ciel jetant un œil aux étoiles le temps d’un instant comme pour faire appel à la magie de Noël puis je reprends mon chemin sans broncher avec la ferme intention de rentrer chez moi. Je suis tellement dans mon monde que je ne fais pas trop attention aux personnes m’entourant, ni même à l’exclamation de la jeune femme à la crinière de feu. C’est seulement quand elle me retient à l’aide de sa main tout en se mettant devant moi que je remarque cette dernière, ce qui me surprend vu la manière dont les choses se sont finis « Avalon … » Je ne dis rien de plus et je la regarde reprendre son souffle attendant qu’elle me fasse part de sa venue soudaine. Je me calme légèrement mais lorsque je vois ses sourcils se froncer je me demande à quelle sauce je vais être mangé. « Tu peux m’appeler Trevor c’est pas un problème, appelle moi comme tu veux à vrai dire je m’en fiche en soit c’est pas le plus important, mais que tu joues la comédie devant ma collègue c’est pas un problème en soit au contraire, mais après pourquoi continuer à faire comme si tu ne me connaissais pas alors que je t’ai prouvé que j’étais bien moi. Je comprends ta position mais essaye de comprendre la mienne maintenant » Je baisse la tête un instant car elle marque un point sur le coup et je me mords la lèvre inférieure avant de la regarder de nouveau « Tu me connais tu sais que je suis impulsif et encore plus quand j’aime la personne, donc ceci explique cela et j’en suis désolé » Je l’observe se reposer contre le mur alors que sa remarque me fait sourire et me fait extrêmement plaisir. Je rigole quelques peu en la regardant avant d’écarter les bras comme pour l’inviter à venir y prendre place « Tu peux exploser à présent alors » Clin d’œil que je lui fais avant de rire de plus belle « D’ailleurs tu sais quoi, pour me faire pardonner je t’invite chez moi ce soir pour le diner. Une envie particulière ? »
© LOYALS.




To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Jeu 4 Jan - 0:29


should've gone home
Ryan Myers

Ses mots résonnent subitement comme un coup de fusil en plein coeur. Un rappel du passé dont tu fais pourtant tout ton possible pour oublier. Oui, il est vrai que tu es parti un peu comme une voleuse, que tu ne lui as laissé qu’une lettre. Si seulement il savait la raison de ton départ, tu espères sincèrement qu’il penserait les choses autrement, qu’il te comprendrait peut-être en un sens. Tu avais besoin de partir, de rentrer, de ne plus penser à tout ce que tu avais vécu là-bas. Ne serait-ce qu’à ta petite fille que tu avais abandonné. C’était un mot dur, fort mais, parfois, c’était ainsi que tu voyais les choses. Tu avais beau essayer de te voiler la face en te disant qu’elle se trouvait à présent heureuse et dans une meilleure famille. Une famille qui n’était pas déchirée comme la tienne pouvait l’être. Après tout, elle était le fruit d’une nuit avec Dylan, le frère de ce qui était à l’époque ton fiancé. Comment aurais-tu pu la regarder chaque jour en sachant cela ? Cette enfant ne méritait pas de devoir supporter le poids de tes erreurs, de tes débordements. Dans un autre contexte, cette petite douceur, tu l’aurais aimé, tu l’aurais choyé. Malheureusement, la vie avait décidé que ta courte existence ne serait pas qu’un long chemin tranquille. C’est sans doute pour ça que tu préfères ne pas répondre à son attaque et simplement le laisser partir calmement. Tu le sais, tu vas le rattraper, tu en as bien l’intention mais, tu ne reviendras certainement pas sur ce qui vient tout juste de sortir de sa bouche.

Suite à ton petit monologue, tes explications, tu le laisses à son tour s’exprimer alors que tu as posé tes fesses contre le premier mur à ta portée. Tu te mets à sa place sans vraiment le faire. À dire vrai, c’est assez compliqué de le faire. Tu n’as jamais vraiment eu à subir ce qu’il doit sans doute subir. Alors totalement comprendre et se mettre à sa place, ce n’est pas chose aisée. « On va simplement oublier cette mésaventure, tu veux bien ? » laisses-tu franchir tes lèvres alors qu’un sourire s’est dessiné sur ces dernières. « T’es pardonné. » Tu te décolles doucement du mur alors que tu aperçois ses bras musclés qui s’ouvrent lentement devant toi. Tu serres un peu ton sac contre ton épaule et, en quelques pas, tu te retrouves accroché à son cou tel une enfant. Tu le serres contre toi alors que ton menton se cale sur son épaule. Les yeux maintenant clos, tu profites du câlin le temps qu’il faut. Une petite dizaine de secondes avant de te décoller de lui avec douceur. « Je suis vraiment contente de te revoir, Trevor. » Tu tapotes gentiment son torse avant de remonter une énième fois ton sac sur ton épaule. « Diner ? » répètes-tu comme pour être certaine que tu as bien entendu sa proposition. Tu lèves ton regard vers le ciel, réfléchissant à ce que tu pourrais apprécier manger ce soir. « Je ne sais pas trop, j’ai tellement l’habitude de tout cuisiner moi-même... Que souvent je décide à la dernière minute. » Soudain, un bruit semblable à celui d’un ogre, émane alors de ton pauvre estomac. Oups. « Euhm... Ce que tu veux ! Surprends moi. Je pense que peu importe ce que je pourrais manger ce soir, mon estomac l’avalera dans tous les cas. » Tu te mets doucement à rire, massant en même temps légèrement ton ventre qui n’arrête pas de faire un bruit très gênant.



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Jeu 4 Jan - 12:34

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

Rancœur par rapport à son départ soudain que je lui témoigne comme une piqure de rappel pour lui montrer qu’on n’est pas tous parfait, pas plus elle que moi dans cette histoire. Cependant je m’en veux car ce n’était pas réellement mon souhait que d’être méchant de la sorte mais c’est sorti tout seul car au fond j’ai été blessé par son départ que je n’attendais pas du tout. Alors que je suis dans la rue commerciale piétonne, je vagabonde comme une âme errante repensant à tout cela, cette blessure pour s’ouvrir de nouveau de longues années plus tard. Très vite elle me rattrape et ce simple geste me rassure, me fait du bien au fond alors que je l’écoute me parler et tenter de se justifier. J’ai la rancœur tenace elle le sait parfaitement et c’est pour cela qu’elle utilise les bons mots pour me détendre. Je la regarde sans un mot la laissant d’abord s’expliquer avant de prendre à mon tour la parole pour moi aussi lui raconter les choses de mon point de vue. Fort heureusement les choses s’arrangent très rapidement et je suis soulagé de ne pas finir notre relation dans de mauvais termes car c’est de loin l’un de mes plus gros coups de cœur amical, Avalon étant une crème et une amie fidèle. Alors qu’elle me demande d’oublier tout ce qu’il s’est passé entre nous de négatif je lui souris tout en hochant la tête ne prenant pas la peine de répondre verbalement, n’y trouvant pas spécialement d’intérêt pour le coup alors que je commence à ouvrir mes bras pour l’y inviter à se loger dedans tandis qu’elle m’avoue rapidement me pardonner pour mon énervement soudain, ce qui me rassure pleinement avant que je ne la sente contre moi me volant par ailleurs un léger sourire alors que je commence à la serrer contre moi déposant furtivement un baiser sur sa joue. Après quelques secondes l’un contre l’autre, nous reculons d’un pas avec ce même sourire sur les lèvres et je l’écoute me témoigner sa joie qui me donne pour le coup chaud au cœur « Je suis vraiment content de te revoir aussi Avalon » Aucun mensonge dans cette phrase, réalité qui crève les yeux et c’est d’ailleurs pour cela que je viens à lui proposer de venir diner à la maison car j’ai encore envie de profiter de sa compagnie comme jadis cela pouvait être le cas et puis nous avons beaucoup de chose à nous dire vu les années que l’on a passé loin l’un de l’autre. Elle semble emballée et ça me fait plaisir alors que je rigole bêtement en entendant son ventre gargouiller « Allons y avant que tu ne finisses par me manger tout cru » J’explose de rire bêtement tout en m’éloignant légèrement en cas d’attaque furtive de sa part puis je lui fais signe de me suivre. Pendant un instant je réfléchi à ce que je pourrais bien lui faire puis je reviens à moi-même ne trouvant pas spécialement « On va avoir beaucoup de chose à se raconter en tout cas » Sourire timide que je lui adresse alors que l’on arrive devant ma voiture et plus particulièrement devant la porte passagère que j’ouvre « Madame aurait elle l’obligeance de prendre place ? » Je la laisse donc s’installer avant de refermer derrière elle pour à mon tour m’asseoir derrière le volant prenant la direction du quartier des affaires ou j’habite. Le voyage se veut très court et alors que l’on arrive devant chez moi je la regarde un instant « Excuse l’ambiance morose de l’appartement mais j’ai pas eu la tête à la décoration donc voilà » Je me gratte la tête relativement gêné avant d’ouvrir la porte et de la laisser entrer « Après toi et surtout fais comme chez toi»
© LOYALS.




To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Sam 13 Jan - 0:31


should've gone home
Ryan Myers

Haussant un sourcil, tu gonfles légèrement tes joues tel l’enfant que tu peux parfois être. « Je ne m’appelle Fiona, je ne risque pas de te manger monsieur. » Tu lui donnes une petite tape sur l’épaule en lui disant ceci après avoir pris le soin de te rapprocher de lui. Oui, il avait sans doute prévu que tu allais faire ça alors, il avait pris le temps de s’éloigner le bougre. Tout de même amusée par ses mots, tu n’as pas pu t’empêcher de laisser un rire s’échapper de ta gorge et, ce n’est que lorsque celui-ci se calme que tu aperçois son geste. Il te fait signe de le suivre et, c’est sans l’ombre d’une hésitation que tu lui emboîtes le pas. Sur le chemin, il ne dit plus vraiment grand chose. Réfléchit-il à ce qu’il pourrait te faire comme petit plat ? De toute manière, tu n’es pas non plus contre l’idée de lui donner un coup de main pour préparer quelque chose, peu importe ce que vous allez décider.
Quand il prend enfin la parole, tu te contentes simplement de hocher la tête pour lui démontrer que tu es d’accord avec ce qu’il vient de dire. « En effet. » finis-tu par dire avant que tu aperçoives ce qui semble être sa voiture. Il t’ouvre la portière et, tu le remercies avec douceur avant de simplement ramener ton sac devant toi et de laisser ton corps prendre place sur le siège. Attrapant la ceinture, tu prends le temps de t’attacher et, tu le laisses grimper à tes côtés, le regard fixé sur les quelques passants qui arpente la ruelle. [...] Une fois arrivée à destination, quelques minutes plus tard, tu descends lentement de la voiture, refermant avec douceur la portière derrière toi. Le suivant simplement, tu te poses juste à côté de lui, devant sa porte et, avant qu’il n’eut ouvert celle-ci, tu le vois se tourner un léger instant vers toi. « Oh, ne t’en fais pas ! Tant que je n’y trouve pas de cadavre en plein milieu de la pièce, je pense que ça devrait aller. » Tu souris, pour bien lui montrer que tu le taquines simplement et, lorsqu’il te laisse entrer, tu ne peux t’empêcher d’observer directement l’intérieur des pièces. En même temps, il vient d’en parler et, cela a piquer plus ou moins ta curiosité. « Disons simplement que tu dois avoir l’impression de chaque fois rentrer dans un nouvel appartement ! » Tu déposes ton sac sur le canapé après avoir laissé tes pieds te guider jusqu’au salon. Retirant ta veste, tu détailles un peu les quelques pièces qui se trouvent à ta vue, du regard. « Pardon, je suis curieuse. » Tu baisses un peu les yeux avant de simplement poser ton manteau au porte-manteau que tu découvres dans l’entrée. « D’ailleurs... En parlant de curiosité. Je... Et bien. Comment demander ça... ? Je peux savoir où est ta femme ? » Bon, là, tu te sens un peu mal parce que, tu te dis bien que tu mets les pieds dans le plat et, au fond, tu te demandes subitement si cela n’a pas un rapport avec son changement d’identité. « D’ailleurs... Pourquoi maintenant c’est Ryan ? Et... Pourquoi la femme avec qui tu étais semble ne pas connaître Trevors ? Tu bosses dans quoi déjà maintenant... ? Tu la dis si ma mémoire est bonne mais, pas assez bonne pour me souvenir de l’intituler exacte et.. Et. Pardon, je pose beaucoup trop de questions là je crois. » Tu pinces tes lèvres, tu fermes ta bouche et, tu attends simplement qu’il essaye de se retrouver dans le méli-mélo de paroles que tu viens de débiter.



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
fait de la pole dance en cachette.
avatar
name : OVOXO
avatar : Henry Cavill @Tik Tok € : 374 posts : 54 joker : 1
multicomptes : None

âge : 29 ans étant né le 4 juillet 1988 le jour de l'Independance Day comme un symbole
métier : Contrôleur des impôts en passe de devenir agent des impôts
Côté coeur : fiancé dans son ancienne vie et toujours amoureux de cette jolie brune même si pour cette dernière il n'est qu'un fantôme mort sur le champ de bataille dans l'enfer irakien
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t146-broken-pieces http://dirtyoldtown.forumactif.com/t153-me-and-my-broken-heart Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Lun 15 Jan - 18:11

❝Should’ve gone home ❞
RYAN & AVALON

Cette ambiance totalement enfantine que je n’avais pas eu l’occasion de retrouver avec qui que ce soit depuis Avalon, la petite rousse pour être la reine des enfants de loin. Sourire qu’elle me vole sans que je ne puisse rien y faire par son comportement pour le moins hilarant. Sa manière de ne pas se prendre au sérieux pour m’avoir manqué dans le fond il est vrai « J’en sais rien ça. Tu m’as dit t’appeler Avalon mais rien ne me prouve que c’est réellement le cas. Et si sous ce maquillage se cache une ogresse verte ? » Je passe mes doigts sur mon menton comme pour réfléchir, prenant mes distances avec cette dernière après sa petite tape sur l’épaule. Rire que j’occasionne et le mien qui s’en suit, se mêlant à celui de la rouquine avant que je ne lui fasse signe de me suivre pour qu’on puisse se réchauffer dans mon appartement car il est vrai qu’il ne fait pas spécialement chaud dans les rues de Dublin, au contraire même. Alors que j’arpente la rue piétonne jusqu’à ma voiture je réfléchis à ce que je pourrais bien faire à manger, peut être une spécialité d’ici ou des Etats Unis, je ne sais pas trop c’est le foutoir dans ma tête. D’ailleurs en y repensant bien Avalon sera la première à passer la porte d’entrée de mon appartement, ce dernier pour n’avoir connu que moi, personne que j’ai eu la force ni même l’envie d’inviter. Une fois à la voiture je lui ouvre la porte en lui indiquant que le siège passager n’attend plus qu’elle et je m’installe par la suite à mon tour face au volant, nous emmenant jusqu’au quartier dans lequel je vis. Quelques minutes plus tard nous voilà à destination, et lorsque j’ouvre la porte de l’appartement je m’excuse d’avance pour l’ambiance vide que dégage ce dernier puisque je n’ai jamais pris la peine de décorer, n’ayant pas repris gout à la vie depuis mon célibat soudain concordant avec la fin de ma vie ou du moins celle de Trevor. Cette dernière a toujours le mot pour rire il est vrai et je ne peux m’empêcher de sourire à sa remarque alors que je ferme derrière moi après être à mon tour entré « Ne parle pas trop vite tu pourrais être surprise » Je prends un air sadique tout en la regardant comme pour instaurer le doute dans son esprit avant de rigoler malgré moi. « Pour tout te dire je ne fais même pas attention à ça, je n’ai pas franchement la tête à réfléchir mais c’est peut être parce que je suis un homme que je porte aussi peu d’intérêt à la décoration » Oui car il est vrai que même avant c’était toujours Kenzie qui prenait les initiatives dans ce domaine, notre maison étant décoré dans sa totalité par les soins et envies de la brunette. En tout cas je laisse cependant Avalon vagabonder à sa guise dans chaque pièce tandis que pour ma part je retire mon manteau que je dépose sur le porte manteau avant qu’elle ne s’excuse « Oh non ne t’en fais pas tu peux faire ce que tu veux hein ça me dérange pas du moment que tu ne te décides pas à faire tes besoins au milieu du salon » Je pouffe de rire un instant tout en la regardant alors qu’elle semble avoir fini d’inspecter mon espace de vie retirant à son tour les vêtements étant de trop. Alors que j’avais l’intention de me diriger vers la cuisine pour faire à manger voilà que cette dernière remarque le petit détail manquant de nos derniers moments passé ensemble : Kenzie. Je me doutais que le sujet allait venir sur la table à un moment ou un autre mais pas aussi vite, j’avais pour le coup sous estimé sa curiosité à tort. Je n’ai par ailleurs pas le temps de répondre qu’elle se met à me bombarder de question relativement gênante ou plutôt complexe comme cette histoire de changement de prénom. Je me sens relativement vite oppressé par ses questions qui certes sont légitimes mais c’est vrai que ça fait beaucoup d’un coup. Je me passe la main sur l’arrière du crâne tout en la regardant avec un sourire relativement gêné cette dernière se rendant probablement vite compte qu’elle n’y est pas allée de main morte. « Comment dire ? C’est … compliqué » Je soupire un coup reprenant par la suite ma respiration « Ma vie n’a plus rien à voir avec ce que tu connaissais, absolument plus rien malheureusement » Au fond j’ai envie de fuir là mais il faut bien que je lui dise et si quelqu’un mérite de savoir tout en dehors de Kenzie la première concernée, c’est bien Avalon. Bêtement je me dirige vers la cuisine avec cette dernière comme si l’air était bien plus vivable là bas, sortant quelques ustensiles de cuisine avant de reprendre notre discussion tout en prenant appui sur le plan de travail « Donc en fait quand tu es partie j’ai eu d’autres missions avec la Navy qui se sont bien déroulés mais car oui il y a toujours un mais, ça n’a pas duré. J’ai été rappelé d’urgence en Irak pour une mission alors que j’avais eu une permission. Une fois sur place j’ai pris un hélicoptère avec quelques nouvelles recrues et on a été attaqué au lance roquette. Cependant dans le même temps une recrue n’arrivait pas à s’attacher alors je l’ai aidé et bien entendu la roquette a percuté le cockpit à ce moment. Lors du crash j’ai été propulsé dans tous les coins de l’hélico. Quand le doc de guerre est arrivé pour examiner les dégats il a remarqué au-delà de mes brulures, plusieurs vertèbres de touchés alors j’ai été renvoyé aux Etats Unis d’urgence » Je reprends mon souffle tout en la regardant pour voir si elle suit toujours l’histoire avant de reprendre là ou j’en étais « Après quelques jours en soin intensif ils ont décelés énormément d’anomalie dont la plus grave étant la paralysie des membres inférieurs. Ils m’ont envoyé dans un centre de rééducation en m’expliquant que il n’y avait aucune certitude que je puisse un jour remarché et même que selon eux cette dernière est nulle. Du coup quand j’ai appris ça j’ai demandé à mes supérieurs de me faire passer pour mort car je ne voulais pas que Kenzie me voit aussi faible, réduit à ce point. Je ne voulais pas être un handicap dans sa vie car malgré tout ce qu’on peut dire je n’aurais été rien de plus qu’un boulet pour elle. Voilà pourquoi elle n’est pas là, elle me pense mort et c’est mieux ainsi pour elle. Suite à tout cela j’ai dû changer d’identité et après un an passé dans le centre j’ai retrouvé l’usage de mes jambes. Seulement je ne me sentais plus chez moi, New York me rappelait bien trop de mauvais souvenir, ceux de cette vie parfaite qui s’est envolé sous mes yeux. Maintenant je travaille au centre des impôts et personne ne connait rien de ma vie, pour eux je suis Ryan un mec simple et sans intérêt et c’est pas plus mal comme ça » J’hausse les épaules avant de sortir deux verres ainsi que du jus de fruit que je serre dans l’un d’eux et que je bois d’une traite « C’est bon tu as tout suivi et tout encaissé si je puis dire ? Tu veux boire un coup peut être ? » Avant même qu’elle ne me réponde je lui sers un verre de jus d’orange poursuivant à mon tour « Et toi alors qu’est ce que j’ai manqué ? Pourquoi t’es partie comme ça sans même passer pour dire au revoir ? »
© LOYALS.




To be human
You're the thing that I invoke, my all persistent goal. And oh, it's hard now cause every breath becomes a prayer, take this pain from me. And oh you're so far now, so far from my arms. To be human is to love, even when it gets too much, I'm not ready to give up ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
la plume déchaînée de décembre.
avatar
name : les roses noires (linda)
avatar : Holland Roden (Balaclava) € : 702 posts : 498 joker : 1

âge : 27 années
métier : Tu bosses à temps partiels dans un magasin de vêtements pour homme pour aider à financer les études que tu suis en parallèle. Sans compter que chaque samedi et dimanche soir, tu animes une chronique sur les mythes et légende dans une petite radio local.
Côté coeur : Célibataire ? En couple ? La ligne est mince lorsque les mots ne sont plus présent dans une relation. Vous pouvez vous penser encore en couple alors que votre soi-disant moitié préfère s'amuser entre les cuisses d'une autre. Si seulement être honnête était une qualité propre à chacun, tu saurais mieux définir ta situation actuelle.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t115-like-a-flower-made-of-ir http://dirtyoldtown.forumactif.com/t149-unbowed-unbent-unbroken-avalon Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: Should've gone home - Avyan   Dim 11 Fév - 5:16


should've gone home
Ryan Myers

Doucement, tu hausses un sourcil en écoutant les mots du brun puis, assez vite, tu finis par laisser un rire s’échapper de tes lèvres. « Faire mes besoins en plein milieu du salon ? Vraiment ? Tu n’as pas trouvé mieux comme exemple ? » Tu secoues la tête, amusée alors que ton sourire peine à se décrocher de tes lèvres. Pourtant, malgré les quelques rires échangés entre vous, tu ne peux pas nier qu’une chose te pique doucement à vif. Où est Kenzie ? Cette appartement vide de toute déco démontre parfaitement qu’elle ne vit sans doute plus avec lui. Voir même, qu’elle n’a jamais mis les pieds ici. Non pas que tu la connaissais vraiment mais, toutes femmes prend plaisir à décorer son intérieur, même toi alors, Kenzie ne doit certainement pas échapper à la règle. T’hésites un peu, tu as peur d’être trop curieuse mais, tes lèvres remuent subitement seules, le son de ta voix s’échappe de ta gorge et, une flopées de questions en découle alors. Bien vite, tu te rends compte que tu as sans doute abusé, que tu y as été trop fort et, tu t’excuses pour ta curiosité alors que tu déposes tes fesses sur la première assise que tu trouves. Il est gêné, il suffit d’observer ses gestes pour le comprendre et, tu t’en veux subitement un peu plus. Jouant par ailleurs avec le bas de ton haut que tu ne cesses d’entortiller autour de ton index. Pourtant, il prend la parole, il commence à parler, a tenté de répondre aux questions que tu lui as posé quelques minutes plus tôt. Compliqué ? Oh, cela tu veux bien l’imaginer. Tu sais parfaitement ce que signifie le mot compliqué dans une vie. Tu l’écoutes, l’observe s’enfuir dans la cuisine, sans pour autant bouger d’un pouce. Il en a peut-être besoin après tout. Non ? Il s’appuie sur le plan de travail et sa voix masculine s’empresse d’à nouveau bercé tes tympans. Il remonte au moment où tu es partie de New-York comme une petite voleuse, il te parle des quelques missions qu’il a eu suite à ça. Tu hoches la tête, comme pour lui faire comprendre que tu suis parfaitement ce qu’il te dit. Puis, le tableau s’assombrit quand il rajoute ce malheureux “mais”. Tu te crispes un peu, imaginant déjà le pire mais, tu étais sans doute loin de t’imaginer l’horreur qu’il avait dû vivre. Un hélicoptère, un lance-roquette, une petite boule se forment alors dans ton ventre mais tu restes cependant captivé par ce qu’il te raconte. Les vertèbres ? Tu ne peux t’empêcher de le regarder, te demandant bien jusqu’où il avait été touché. Après tout, tu n’avais nullement remarqué un souci dans sa démarche... Peut-être que tu n’avais pas été assez observatrice après tout. Il reprend son souffle et, tu essayes de ne pas perdre les infos qu’il t’a données jusqu’ici. Assez vite, il reprend la parole et, ton estomac se noue d’avantage. Tu baisses d’ailleurs un peu le regard sur un point invisible devant toi, sans pour autant perdre une miette des mots qu’il utilise. La paralysie ? Carrément ? Voilà qui te surprend d’avantage de le voir debout face à toi. Tu as tellement de mal à l’imaginer dans cette posture, toi qui l’as connu si fort, un véritable roc. Penser ne serait-ce que trente petites secondes qu’il ait pu être dans cette situation te parait juste impossible, complètement improbable. Tu n’imagines pas ce qu’il a dû ressentir à ce moment de sa vie, la dureté des choix qu’il a pu faire, ne serait-ce que par rapport à lui et, au final, vis à vis de Kenzie. Tu serres un peu les poings, finalement, tu regrettes d’avoir été si curieuse tout à l’heure, tu peines maintenant à encaisser tout ce qu’il te dit. Tu comprends mieux pourquoi Kenzie n’est pas là, plus là plutôt, tu comprends pourquoi il a changé de nom, changé d’identité mais, tu ne peux pas t’empêcher de trouver cela triste. Tu as la gorge serré, imaginant un peu comment toi tu aurais appréhendé les choses. Quand il finit de parler, il te demande si tu as bien tout suivi et encaissé. Tu aimerais bien répondre mais, t’en es pas vraiment capable là, si tu ouvres la bouche, tu vas te mettre à pleurer et, ce n’est ni ce que tu veux, ni ce qu’il souhaite, tu en es certaine. Il te sert un verre de jus d’orange et, tu te contentes de te lever de ta chaise pour t’approcher de lui et, passer tes bras autour de sa personne. Tu es silencieuse, tu n’as pas le courage de parler là, de repenser en plus de ça à ta grossesse surprise qui est d’ailleurs la cause de ton départ de New-York. Non, là tu veux juste le serrer contre toi, prendre sur toi et ne pas fondre en larmes. Tout ce qu’il t'a dit, ça reste au fond de ta gorge, ça te noue toujours l’estomac et cela s’apprête à se déverser sur tes joues. « Je.... Je suis désolée pour toi...» arrives-tu difficilement à dire sans pouvoir étouffer un sanglot dans la voix. Le visage enfoui contre son torse, tu tentes de garder un certain calme dans ton coeur. Tu te décroches de lui, tu attrapes le verre que tu bois alors presque cul-sec. Cela va t’aider à ne pas craquer en quelques sortes. Tu prends une grande respiration... « Oh, tu sais, j’ai simplement eu une urgence avec mes parents et, je suis partie le soir pour arriver le lendemain du coup... Je n’ai eu le temps de prévenir personnes. » Tu regardes un peu ailleurs, tu viens de lui mentir là mais, absolument personne ne sait pour ta fille, pas même tes parents. C’est une chose dont tu n’as jamais réussi à parler....



( On a grandi ensemble c'est fou comme on se ressemble, Quand tu tombes, moi je pleure quand j'ai froid, toi tu trembles.. ♡ )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: Should've gone home - Avyan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Should've gone home - Avyan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» † Carry me home tonight.
» (discussion) Ocean Home

DIRTY OLD TOWN. :: George's Street Arcade-
Sauter vers: