Joyeux Noël à tous ! On espère que le Papa Noël vous a gâté !
Avis aux invités : nous manquons cruellement de personnages de 30 ans et +.
Avis aux invités : Merci de bien vouloir privilégier les groupes attractive harp et lucky shamrock.

 

 (aifric) - Don't look back in anger 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar
Message(aifric) - Don't look back in anger   Ven 5 Jan - 21:10

Aifric MurphyEva Green
will you be able to catch the leprechaun ? he's waiting for you.

identité : Le prénom lancé aux lions, la foule en délire. Le prénom comme premier aperçu de ce que sera la vie d'ici-bas. L'identité qui collera à la peau comme la mouche à la surface durcie du cheval trop fatigué pour lutter. Libre d'affronter de dures épreuves, libre de vivre puis de périr, de dépérir aussi. La vie exige que l'on crache son prénom. Aux notes irlandaises, qui composent la lignée, tu dois le tien : Aifric, l'agréable, la plaisante selon l'étymologie. Quant au nom, qui indique immédiatement de qui l'on parle, ceux aux vêtements noirs, aux cheveux noirs comme la cendre, aux pensées morbides, aux tripoteurs de cadavres, tant de sobriquets courent qu'il serait impossible de les lister sous peine de s'y voir encore au même endroit le lendemain, une nuit blanche en parfait déroulement et les yeux balisés d'immondes cernes violacées en plus. Murphy est un nom fameusement réputé dans le coin puisque tous les morts ou presque y ont séjourné lorsqu'ils n'étaient plus que d'immenses tas de viande à rendre gracieux.

naissance : Ecrire ici la date et le lieu de naissance, puis l'âge de votre personnage.

origines : Si le sang avait une pureté, tu serais issue de son plus beau millésime. Les tâches de rousseur qui barrent le visage comme des milliers d'étoiles dardent là-haut, dans le ciel si dégagé. Les reflets d'une rousseur presque candide dans les cheveux, les boucles sur les épaules et cet accent si délicat, aucun doute là-dessus, l'Irlande du Nord dans le cœur comme dans les veines. Fierté d'une lutte d'autrefois pour l'indépendance, soutien total même à ceux qui furent blessés dans cette lutte d'avance perdue contre un royaume usurpateur.

statut : Le célibat comme seul horizon. Il n'y a pas pour le moment aucune raison pour que cela change. La liberté comme crédo, cela non plus, ça ne risque point de changer. Le temps guidera tes frêles épaules, et même si la religion est d'une puissance incroyable, les sentiments ne sont pas toujours les bons, les relations changent, évoluent et les goûts aussi. De l'intérêt pour la gente féminine, tu en ressens, du moins c'est de cette façon que tu juges les picotements au creux du ventre lorsqu'une chevelure s'élance dans le ciel, presque parodique façon de se découvrir lesbienne.

occupation : ($$$$$$), On se bat sur les cercueils disait Zola. Pour toi, l'adage est tout autre, l'adage serait "on s'enrichit sur les cercueils". Le deuil est une monnaie facile, les gens tristes veulent éponger le sentiment d'inutilité relative face à la mort et la plus belle façon de le faire, c'est en engouffrant des sommes folles dans des obsèques dont le proche ou le simple badaud, là par hasard, devra se souvenir jusqu'aux siennes. Le contrat est rempli à chaque fois. La mort est un commerce comme un autre et c'est le tien, celui de ta famille même depuis de longues générations. Dublin est parsemé de cadavres qui s'entassent et qui s'entassèrent. Autrefois la guerre, aujourd'hui la misère sociale, c'est une parfaite et délicieuse situation qu'il faut butiner comme d'avares abeilles assoiffées.

situation familiale : Il n'a jamais été plus indiqué que de parler de "clan" lorsqu'on évoque la proximité des familles d'Irlande du Nord. Les Murphy en sont le parfait stéréotype. Soudés dans la vie comme dans la mort - qu'ils fréquentent chaque jour- les membres du clan savent s'entraider quand les choses ne fonctionnent pas comme elles devraient. Le clan s'est vu priver d'un des membres les plus importants il y a peu. En effet, ta mère est morte "dans la nuit du tombeau, les ans l'ont fait descendre" avançait Voltaire avec panache et c'est exactement le cas ici, les ans ont eu raison d'une santé un peu fragile et d'un cœur las de répéter sa divine chorégraphie. Le paternel devenu bourreau de travail pour noyer son chagrin et ton frère, tentant à sa manière - comme toi à la tienne- de réparer, de colmater ce vide si immense et si froid. La situation n'est pas idéale, revenir dans ce manoir si lugubre ébouriffe quelques souvenirs d'autrefois qu'il aurait mieux valu taire à jamais mais le clan est soudé et s'il doit en être ainsi, qu'il en soit ainsi.

arrivée à dublin : Premiers cris, première vie. Dublin dans la peau et dans le sang. Dublin au dessus des yeux, Dublin dans les cheveux. Dublin sur les mains, sur les seins. Partout Dublin trône, reine cruelle et divine, parfaite création. Dublin comme premier port d'attaches,
Dublin comme paradis. Dublin depuis l'enfance, Dublin dans les premiers rires, dans les premiers soupirs. Dublin dans les pieds, Dublin poings et mains liés. Dublin qui brille comme Paris brille dans l'âme du parisien.
Irlande maudite, Irlande divine. Dublin comme guide et comme capitale.

Petit animal frêle et sans défense. Peau si pâle, lèvres si fines et voix si délicate. On donnerait le bon dieu sans confession et même son fils sacré à cette candide créature.
C'est du moins l'apparence que tu veux faire transparaître. Il est de bon ton, bien évidemment, de laisser croire aux badauds ce qu'ils veulent croire.
Et s'ils pensent qu'un jugement à l'emporte-pièce, effectué sur les critères  physiques seulement est un jugement qui vaille c'est qu'ils ne valent pas la peine que l'on se donne du mal pour eux. Profonde d'esprit, amoureuse de la littérature européenne d'autrefois, siècle des lumières, illumination sur le monde, tu as le raffinement comme compagnon et le dégoût comme arme de destruction. Ne supportant plus la présence des vivants tant ils sont d'une banalité affligeante, à échanger sur le steak trop cuit qu'ils ont eu à se mettre sous la dent ou de la douleur que provoque le dernier tatouage à la mode dans l'endroit le plus improbable du siècle dont on ne connaissait pas l'existence dix jours auparavant, tu as plongé dans l'univers macabre dont tu tires la pitance. Les morts ont une qualité que tu apprécies : ils ne parlent pas, ils sont morts et pour de bon.
Froide aux premiers abords, si bien que plus d'un prétendant se cassa les dents sur le chemin d'une drague perdue d'avance, tu l'es d'autant plus dans la relative intimité que tu peux entretenir.
Méprisante envers ton prochain, c'est un sentiment que tu masques si bien lorsque les endeuillés viennent s'enquérir du proche décédé. Il faut se montrer douce, il faut les comprendre, les bercer au son du morne piano d'antan alors que dans l'esprit, on joue le Chant du Départ au tambour.

D'une main de fer dans ce gant de plomb, tu délestes l'autre, main de diamant dans un gant d'émeraude. Ces attributs là, ils sont si peu à le voir briller. Réservés à la famille la plus sacrée. Prendre une balle dans le cœur pour ton frère ne serait point en problème tant la fusion qui brille entre vous est d'une pureté incroyable.
Lorsque la famille ne suffit plus à faire sourire, lorsque la tristesse inexpliquée et la mélancolie se joignent dans d'incroyables messes grégoriennes et que le grondement d'une crise de larmes n'est qu'à un petit pas, le refuge est l'écriture. Pas à l'ordinateur comme un vulgaire écrivain de seconde zone mais à l'aide d'un encrier doux et ancien, à gratter le papier épais.
les rps en cours.www w/ pseudo
www w/ pseudo
www w/ pseudo

les rps terminés.www w/ pseudo
www w/ pseudo
www w/ pseudo
Fragiles traits qui se dessinent. La croque-mort s'avance, flottant dans l'air comme la mystique création qu'elle est. C'est le lot quotidien, ce que tu entends tous les jours, lorsque de tes promenades diurnes tu reviens. C'est toujours cette même brave et idiote imbécilité : travailler dans la mort veut forcément dire l'aimer. Peut-être même es-tu une tueuse en série de grande envergure,
une bandite dangeureuse allant sur les chemins et dépouillant les riches et les pauvres, coupant les têtes et faisant rendre gorge aux badauds. Mais travailler avec La Mort en personne, celle de tous les jours : du petit vieux au cœur fragile à celle du gamin fauché mortellement par une bagnole et son conducteur sous substances, ce n'est pas l'aimer, c'est la respecter.

Banale vie sous le signe de la décoration mortuaire. Clan soudé, famille aimante. Mère morte, il y a peu, ce qui rend ton paternel complètement dingue. La religion, autrefois tant aimée est devenue bien peu agréable à tes yeux au fil que les sentiments évoluent, au fil que les femmes deviennent plus que des amies potentielles. En toi, depuis toujours, cette sensation s'accentue et tu dois la taire pour ne blesser personne. Ni cette bonne vieille Irlande conservatrice ni cette famille parfaitement intégrée dans le décor.
my crazy lifestyle
„ Never be ashamed of who you are “
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Ven 5 Jan - 21:10

Prénom Nomtype de liens Tu peux écrire ici la relation qui unit vos deux personnages. N'oublies pas tenir ta fiche de liens à jour pour permettre aux autres membres de visualiser tes relations.


Prénom Nomtype de liens Tu peux écrire ici la relation qui unit vos deux personnages. N'oublies pas tenir ta fiche de liens à jour pour permettre aux autres membres de visualiser tes relations.


Prénom Nomtype de liens Tu peux écrire ici la relation qui unit vos deux personnages. N'oublies pas tenir ta fiche de liens à jour pour permettre aux autres membres de visualiser tes relations.


Prénom Nomtype de liens Tu peux écrire ici la relation qui unit vos deux personnages. N'oublies pas tenir ta fiche de liens à jour pour permettre aux autres membres de visualiser tes relations.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Ven 5 Jan - 21:11

+1 et demandes ouvertes
Revenir en haut Aller en bas
Vivre avec une fleur de trèfle.
avatar
name : lilousilver
avatar : emily bett rickards (neon cathedral. ♥) € : 454 posts : 250 joker : 1
multicomptes : l'ébéniste musicien, Shane.

âge : 27 yo
métier : chargée de com' pour une organisation gérant le paranormal
Côté coeur : l'amour c'est surfait, le cul c'est mieux. surtout celui d'une jolie nana.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t922-you-shoot-me-down-but-i- http://dirtyoldtown.forumactif.com/t957-be-the-hero-of-your-own-story-rebecca Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Mar 9 Jan - 18:58

Je peux ? :D

Bon déjà Aifric et Shane se connaissent forcément vu que les Farrell et les Murphy sont deux familles qui se connaissent depuis des années :p Mais bon j'viens aussi pour ma Becca ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Lun 15 Jan - 16:30

Hey,

vraiment désolé, j'ai complètement oublié de répondre ici

Tu as déjà des idées ?
Revenir en haut Aller en bas
Un mouton, deux moutons...
avatar
name : Daska
avatar : Johnny Depp (Blondie) € : 66 posts : 20 joker : 1

âge : Né le 7 avril 1961, Cahal a désormais 56 années au compteur.
métier : Croque-mitaine pour certains, vampire pour d'autres. Officiellement, thanatopracteur.
Côté coeur : Depuis la mort de Diane, un énorme vide perfore le coeur de Cahal de part en part.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Jeu 25 Jan - 10:59

Je suiiiis làààà
Ne m'oublie pas :hrt2:
Revenir en haut Aller en bas
Vivre avec une fleur de trèfle.
avatar
name : lilousilver
avatar : emily bett rickards (neon cathedral. ♥) € : 454 posts : 250 joker : 1
multicomptes : l'ébéniste musicien, Shane.

âge : 27 yo
métier : chargée de com' pour une organisation gérant le paranormal
Côté coeur : l'amour c'est surfait, le cul c'est mieux. surtout celui d'une jolie nana.
http://dirtyoldtown.forumactif.com/t922-you-shoot-me-down-but-i- http://dirtyoldtown.forumactif.com/t957-be-the-hero-of-your-own-story-rebecca Voir le profil de l'utilisateur
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   Sam 27 Jan - 16:37

Oups sorry j'ai trop l'habitude qu'on me tag que j'oublie de repasser spontanément sur les fiches....

Du coup, Andrew et Shane sont amis, même si ils ont quasi 10 ans de différence en fait. Le père de Shane est un mec très stricte qui voulait que son fils suive ses traces dans les assurances. Mais Shane ça l'intéressait pas, il a toujours été un peu casse couille quoi xD et son père a décidé de lui mettre Andrew dans les pattes pour le canaliser vu que lui c'est le parfait exemple du gars qui prend la relève du paternel et tout :') Du coup Andrew a bien compris que Shane n'était pas un mauvais garçon juste qu'il voulait vivre sa vie :')
Je ne connais pas les relations entre Aifric et Andrew ou même avec sa famille ?
Mais de toute façon oui, Shane et elle se connaissent forcément :D beaucoup de repas ensemble, des sorties etc :')

Puis pour Becca, j'ai vu ça " De l'intérêt pour la gente féminine, tu en ressens, du moins c'est de cette façon que tu juges les picotements au creux du ventre lorsqu'une chevelure s'élance dans le ciel, presque parodique façon de se découvrir lesbienne. " dans ta fiche :3 Becca est gay elle alors je ne sais pas où Aifric en est, mais elle pourrait l'accompagner aha si elle ne s'assume pas encore elle pourrait l'aider ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: (aifric) - Don't look back in anger   

Revenir en haut Aller en bas
 
(aifric) - Don't look back in anger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

DIRTY OLD TOWN. :: You gave up I grew up-
Sauter vers: